Présentation des exécutant.e.s : Alice Gaudreau

AliceeAlice Gaudreau, co-présidente

Étudiante en relations industrielles à l’Université McGill, stagiaire en participation citoyenne au Centre d’écologie urbaine de Montréal et overthinkeuse professionnelle

***

Pourquoi t’impliquer au sein des JNDQ?

«En 2015, j’ai choisi de continuer à m’impliquer après la campagne électorale parce que je refusais de m’arrêter aux résultats de l’élection et que je voulais faire partie du mouvement néo-démocrate, qui me rejoignait idéologiquement depuis plusieurs années déjà. Depuis, j’y ai trouvé un groupe de personnes extraordinaires, j’y ai vécu les plus belles expériences et je souhaite, cette année, travailler afin de rendre cette expérience possible pour le plus de jeunes possibles. Il y a une place pour nous en politique et j’ai bien l’intention de le prouver.»

Un enjeu que tu aimerais que le parti mette de l’avant lors des élections 2019?

«Les enjeux autochtones devraient être des plus prioritaires lors des élections 2019 et, je dirais même plus, lors des décennies à venir. Nous avons énormément de pots cassés à réparer, d’excuses à donner et d’actions concrètes à réaliser afin que les peuples autochtones commencent à recevoir la reconnaissance, les droits et les moyens qu’ils méritent. Le génocide culturel qui tache les mains du Canada depuis des siècles dans l’indifférence générale des non-autochtones est ignoble.»

Ton/ta député.e préféré.e et pourquoi?

«Évidemment, j’ai tout de suite pensé à Niki Ashton, cette députée épatante, LA candidate de la course à la chefferie. Ses convictions progressistes en béton font d’elle une figure d’inspiration. Elle a su insuffler à la course un discours véritablement progressiste en ancré dans la réalité des travailleuses et travailleurs. En plus, elle a réalisé une campagne de longue haleine alors qu’elle était enceinte de, non pas un, mais bien deux futurs êtres humains! Les autres candidats auraient-ils réussi un tel exploi, fussent-ils capables de le faire? Women power.»

Les chefs de partis ont toujours une chanson d’introduction lorsqu’ils font leur entrée sur scène dans un rassemblement de militant.e.s, quelle serait-elle?

«À la manifestation, par Les Cowboys Fringants, parce que c’est dansant et militant! La politique, c’est avoir du fun, aussi!»

 

***